Originaire de Toulouse, en France, j’ai emménagé au Canada il y a un peu plus de cinq ans. Je suis encore, à ce jour, en processus d’apprentissage en ce qui a trait à la culture canadienne. L’une des principales choses que j’ai apprises à propos de notre pays, c’est que le sport semble avoir un effet rassembleur. En outre, le sport m’a permis de bâtir ma communauté et de m’entourer d’une famille dans ce nouveau pays.

Je détiens un baccalauréat en droit international et une maîtrise en droit, économie et gestion avec une spécialisation en gestion du sport. Adolescente, j’ai passé beaucoup de temps à l’écurie de ma meilleure amie avec son cheval et ses chiens. Nous nous y rendions le vendredi après l’école et y passions toute notre fin de semaine. J’ai toujours apprécié la communauté équestre ainsi que les liens incroyables que l’on tisse avec les chevaux. J’ai commencé à travailler dans le domaine du sport en France dès l’âge de 17 ans. J’ai œuvré pour divers centres d’entraînement et organismes nationaux de sport (ONS), où j’ai occupé des postes de responsable de la haute performance et de responsable du sport sécuritaire, avant de me joindre à Canada Équestre (CE).

Ma mère nous a élevées, ma sœur et moi, avec la mentalité qu’en tant que femmes, nous pouvons faire tout ce que nous voulons. Cette conviction fondamentale m’a suivie tout au long de ma vie et m’a insufflé suffisamment de confiance pour me permettre de relever des défis qui pouvaient parfois être inconfortables ou remettre en question le statu quo. Enfant, j’ai également passé beaucoup de temps en Afrique, où j’ai vécu une expérience qui m’a fait prendre conscience des disparités raciales et des environnements discriminatoires, mais qui m’a aussi permis d’en savoir davantage sur les enjeux vécus par les personnes autochtones, noires et de couleur (PANDC).   

Créer un environnement sécuritaire, accueillant et inclusif pour l’ensemble de la communauté équestre

Près de trois mois après mon entrée en fonction à titre de coordonnatrice, ERDI et sport sécuritaire, je demeure convaincue que CE, en tant qu’organisation, éprouve le désir de croître et d’évoluer pour devenir plus diversifiée et inclusive. Toutefois, nous partons de la case départ. Nous devons donc réfléchir à notre pratique actuelle, désapprendre certaines choses et reconnaître les préjugés que nous entretenons par rapport aux autres membres de notre communauté. Et ce travail doit être réalisé à tous les niveaux du sport et de l’industrie équine. Alors que nous amorçons ce cheminement visant à créer un environnement sécuritaire, accueillant et inclusif pour toutes et tous, nous nous estimons très choyés d’avoir accès à l’expertise et au soutien du The Inclusion Project (TIP). Le TIP est un organisme de consultation sans but lucratif qui soutient et renforce la compétence interculturelle par le biais de vérifications en matière d’ERDI, d’examen de l’état d’avancement, d’encadrement, de mentorat, d’analyse comparative ainsi que de planification des actions stratégiques et de l’élaboration du cadre. Le TIP a participé activement à mon embauche, et une évaluation de notre organisation a été réalisée avant mon entrée en fonction afin d’établir un point de référence basé sur des principes directeurs comme la participation des intervenants, la stratégie explicite concernant les PANDC, l’analyse systémique et la culture de la pratique.

La vérification a permis de constater qu’à ce jour, les travaux entrepris par CE en matière d’ERDI ont été majoritairement réactionnaires et que des stratégies doivent être mises en œuvre de façon systématique dans l’ensemble de l’organisation. À partir de cette observation, une partie centrale de mon rôle consiste à élaborer un plan d’action, en collaboration avec le TIP et l’équipe de direction de CE. L’initiative n’en est qu’à ses débuts, mais des progrès ont déjà été réalisés, tels que la sensibilisation en matière de racisme, de diversité, d’équité et d’inclusion. Le personnel de CE a profité de la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation pour participer à des possibilités d’apprentissage dans les collectivités locales, auxquelles s’est ajouté un atelier de découverte.

En tant qu’organisation, nous sommes conscients du fait que nous affichons un retard plus grand que nous ne le voudrions. Toutefois, nous sommes également très disposés à faire preuve d’introspection et à remettre en question nos préjugés, nos craintes et nos suppositions, ainsi qu’à engager la conversation sur des sujets difficiles et inconfortables, voire à les privilégier.

Historiquement, le sport équestre a toujours été reconnu comme une activité réservée aux personnes privilégiées. À mesure que notre sport et notre société évoluent, nous avons la responsabilité collective de contribuer à améliorer l’accessibilité universelle. Tout le monde mérite de profiter des avantages de la relation avec les chevaux, que ce soit ce lien privilégié, les bienfaits sur la santé mentale ou, tout simplement, le goût de la pratique sportive. Dans le cadre de mes fonctions, je souhaite que nous éliminions les obstacles à la participation et que nous créions une communauté équestre plus vaste et plus diversifiée, à l’image du Canada. Nous sommes responsables de veiller à ce que la discrimination raciale ou financière n’entrave pas la participation d’une personne à notre sport et, éventuellement, sa possibilité de représenter notre pays sur la scène internationale. 

Perspectives pour l’année 2022 et les années subséquentes

Pour le Mois de l’histoire des Noirs de février 2022, le gouvernement du Canada a choisi le thème : « En février et en tout temps : Célébrons l’histoire des communautés noires aujourd’hui et tous les jours ». Cette approche reconnaît non seulement les réalisations passées, mais aussi la contribution quotidienne des Canadiennes et Canadiens noirs à notre pays. C’est avec bonheur que nous avons honoré et célébré l’héritage de John Ware, un homme de cheval légendaire qui a grandement contribué à l’industrie albertaine de l’élevage, de l’agriculture et du bétail à la fin des années 1800 et au début des années 1900.

En collaboration avec nos OPTS et le personnel de CE, j’ai pour objectif d’éduquer et de sensibiliser notre collectivité à faire en sorte que les athlètes et les membres de couleur se sentent les bienvenus, que ce soit au sein même de la collectivité ou à l’échelle nationale. La représentation est un facteur clé de la sensibilisation à l’inclusion et à la diversité. Malheureusement, elle est peu présente, voire pas du tout, dans notre sport à l’heure actuelle. Le fait d’être représenté au niveau national par des athlètes autochtones, noirs et de couleur qui démontrent force et confiance nous permet de transmettre le message que tout le monde est bienvenu dans notre sport et devrait avoir accès à la pratique d’un sport équestre ainsi qu’à l’établissement d’un lien avec les chevaux. Nous tâcherons également d’offrir une représentation de tailles corporelles et de types de corps variés de même que de différentes capacités.

J’aimerais également ajouter que, bien qu’une grande partie de mon rôle soit liée à l’éducation, je suis également là pour aider à protéger notre collectivité de la maltraitance et de la discrimination grâce à des protocoles de sport sécuritaire et des mécanismes de plaintes. J’œuvre à la simplification des processus de sport sécuritaire et, en étroite collaboration avec une tierce partie indépendante de CE, à la mise en œuvre d’un environnement le plus sûr et le plus accueillant possible pour toutes et tous. Si vous avez été témoin ou victime d’une injustice raciale ou d’une forme quelconque de mauvais traitement ou de discrimination au sein de la communauté équestre, veuillez communiquer avec nous : Sport sécuritaire (canadaequestre.ca)

Énoncé d’inclusion de CE :

Lors de ma participation au webinaire Requêtes queer organisé par l’Université Mount Royal de Calgary, Mark Tewksbury, un nageur canadien ayant participé aux Jeux olympiques à deux reprises, a parlé de l’énoncé d’inclusion élaboré par le Comité olympique canadien en 2018 pour la maison d’Équipe Canada aux Jeux de Pyeongchang. M. Tewksbury a été le premier médaillé d’or olympique à s’afficher publiquement et a toujours été ouvert et transparent à propos de son parcours dans le sport et de l’adversité qu’il a affrontée. Il a encouragé tous les participantes et participants à répondre à l’appel visant à adopter un énoncé semblable pour leur propre organisation. C’est ce qui m’a inspiré à travailler sur un énoncé d’inclusion pour CE. Je crois que cet énoncé incarne la façon dont toute personne devrait se sentir dans notre sport ainsi que la façon dont nous soutenons TOUS les gens en tant que communauté. Je suis fière de vous présenter l’énoncé d’inclusion de Canada Équestre :

From the Desk of Laurie Ehrman

Pour toute question sur le sport sécuritaire ou l’ERDI, veuillez communiquer avec moi, Laurie Ehrman, à l’adresse lehrman@equestrian.ca.

This site is registered on wpml.org as a development site. Switch to a production site key to remove this banner.