Weekend Highlights Feb 24-26: Canadians met the heat across the world

C’est aux Championnats du monde d’endurance Butheeb 2022 de la Fédération Equestre Internationale (FEI), un événement où la complétion seule du parcours relève de l’exploit, que Robert Gielen, un Canadien de 73 ans, s’est emparé de la 41e place parmi 129 couples de 37 pays. L’épreuve était tenue en plein désert d’Abu Dhabi (Émirats arabes unis) le 25 février 2023.

Cette dix-huitième édition devait avoir lieu en octobre 2022 à Vérone, en Italie, mais a été repoussée le mois précédent l’événement, car on s’inquiétait de la sécurité du site. Le processus de sélection a repris plus tard pour prendre fin en avril 2023.

Robert Gielen (Flesherton, Ont.) et More Bang For Your Buck (Doran x Forty Thieves), son hongre arabe de 14 ans qu’il surnomme Bang, formaient l’un des deux couples nord-américains de la compétition.

« C’était un championnat du monde, donc tous les chevaux présents étaient les meilleurs de leurs pays », a dit le cavalier au sujet de son expérience. « Cela rend la compétition tellement unique. Il s’agissait de ma quatrième épreuve mondiale et je dois dire que chaque site comporte ses propres défis. Ici, c’était le sable. Imaginez-vous en train de courir un marathon sur la plage. En Amérique du Nord, le terrain est varié et est donc beaucoup plus technique qu’ici. Nous devons alors nous adapter au parcours au fur et à mesure. »

Le parcours de 160 km, qui comportait six tours, était dressé dans un paysage magnifique sur le site de calibre mondial du Butheeb International Endurance Village. Plusieurs points d’eau avaient été installés afin d’assurer une hydratation et un contrôle de la température adéquats chez les concurrentes et concurrents. Durant l’épreuve, les athlètes s’y arrêtaient pour boire, se reposer et se soumettre à des examens médicaux, une étape obligatoire alors que la température atteignait 33 degrés Celsius durant la journée.

« Il faisait définitivement très chaud, mais ce n’était pas particulièrement humide », a ajouté M. Gielen à propos de la chaleur. « C’était similaire à la Floride, mais avec moins d’humidité. Le soleil tapait moins aussi. C’est la plante de mes pieds qui a le plus souffert après 11,5 heures en selle! »

L’endurance était définitivement de mise durant la compétition. « Cela m’épate toujours de voir à quel point les chevaux s’adaptent à ce qu’on leur demande. Le niveau athlétique de Bang m’impressionne », a expliqué l’athlète. « Notre objectif était de terminer le parcours, un peu comme un sans-faute, et de bien choisir les moments où on en faisait plus et où on en faisait moins. On peut le constater avec le fait que 43 couples sur 129 ont réussi à compléter le parcours. »

Le duo canadien a franchi la ligne d’arrivée juste derrière l’Américaine Cheryl van Deusen et sa monture JG General. « La stratégie repose toujours sur un équilibre entre le confort qu’un cheval ressent en troupeau et le fait que l’on concourt de façon individuelle », a décrit M. Gielen. « Bang et moi nous mesurions au parcours et à nous-mêmes, pas nécessairement aux autres athlètes.

Weekend Highlights Feb 24-26: Canadians met the heat across the world

Les championnats, tout comme n’importe quel événement équestre, demeurent néanmoins un travail d’équipe. Le cavalier tenait à exprimer sa gratitude : « Je veux remercier mon équipe de soutien et de grooms composée de Dina Riddick, Misha Green et Wendy Benns. Elles m’ont aidé à atteindre mon but et demeurent toujours professionnelles, tout en sachant comment s’amuser! » Son équipe a également publié des mises à jour sur les médias sociaux pour que son public canadien puisse le suivre dans cet événement excitant.

Après cet accomplissement, M. Gielen est maintenant prêt à passer les rênes à la prochaine génération d’endurance. « Je pense qu’il s’agissait de mes derniers Championnats du monde. Je suis prêt à laisser ma place à de plus jeunes athlètes du Canada. Je vais continuer à concourir à l’échelle nationale. Quant à Bang, il va bien entendu se reposer pendant un bon moment. Les 36 heures de déplacement, la compétition, le vol de retour et les 7 jours de quarantaine ne sont pas faciles. »

Il quitte ainsi le désert avec grande fierté. « Je suis venu pour réussir ce parcours en particulier… c’est mission accomplie! Je suis très fier de mon cheval, qui est le véritable athlète! »

Source : Wendy Benns et Misha Green 

Weekend Highlights Feb 24-26: Canadians met the heat across the world

Mathilde Blais-Tétreault a pris la troisième place de la reprise libre Grand Prix du CDI3* FEI de vendredi, une épreuve tenue à l’Adequan Global Dressage Festival de Wellington, en Floride.

Weekend Highlights Feb 24-26: Canadians met the heat across the world

Source : Cealy Tetley

La cavalière de Montréal (Québec) et Fedor (Glock’s Johnson TN x Negro), le Warmblood néerlandais de 13 ans de Laurence Blais-Tétreault, ont complété l’événement avec un impressionnant 71,180 %, la deuxième note la plus élevée de leur carrière. Le couple s’est ainsi logé au troisième rang, juste derrière la Thaïlandaise Suphakamol Vuntanadit (71,580 %, deuxième place) et l’Espagnol Pablo Gomez Molina (77,865 %, troisième place), qui ont tous deux obtenu leurs meilleurs résultats à vie.

Dans une publication récente sur les médias sociaux, la cavalière indique : « Je suis extrêmement fière de Fritz, qui a obtenu une troisième place à sa toute première reprise en nocturne, ce vendredi. »

Weekend Highlights Feb 24-26: Canadians met the heat across the world

Tim Wilks, un cavalier canadien de saut d’obstacles d’Henley-on-Thames (Royaume-Uni) et Diamanthella VG Z (Diamant de Semilly x Hickory Mail) ont remporté le Big Tour Small Grand Prix CSI 4* à la troisième semaine du XXIX Andalucia Sunshine Tour à Vejer de la Frontera (Espagne), le 25 février.

L’athlète et la jument Zangersheide alezane de dix ans d’IN Showjumpers ont décroché leur première victoire ensemble avec un sans-faute et un temps de 36,89 secondes. Leur performance leur a permis de surpasser l’Américain Michael Hughes et sa monture Kashmir van d’oude Pastory, qui ont pris le deuxième rang (37,31 secondes).

Photo Credit: Equisportif

Cette victoire était bien importante pour le duo, qui avait affronté pas moins de 73 cavalières et cavaliers. Seulement 20 couples ont pu passer au barrage pour s’attaquer au parcours dessiné par le concepteur italien Elio Travagliati. M. Wilks et Diana ont été le seul couple à le franchir en moins de 37 secondes.

« Je suis comblé. Je suis très reconnaissant envers ma superbe équipe. Merci pour tout ce que vous faites », a déclaré le cavalier de 28 ans.

Pour en savoir plus et voir les résultats, veuillez cliquer ici

This site is registered on wpml.org as a development site. Switch to a production site key to remove this banner.