Joyeux anniversaire à Cynthia (Cindy) Neale-Ishoy, de Hannon, en Ontario, l’une des athlètes de dressage les plus accomplies au Canada, qui a célébré son 70e anniversaire le 19 juin dernier. Née à Edmonton, Mme Neale-Ishoy a commencé sa carrière sportive en tant que nageuse. C’est à l’adolescence qu’elle a été initiée à l’équitation. Elle se trouvait alors en Allemagne, puisque son père y était posté. À peine quelques années plus tard, sa présence au sein de l’équipe médaillée d’or aux Jeux panaméricains de 1971 lui a permis de goûter au succès international.

Athlète olympique à six reprises, Mme Neale-Ishoy a notamment été la plus jeune athlète équestre à prendre part aux Jeux de Munich de 1972, alors qu’elle n’avait que 20 ans. Elle est également la première Canadienne à avoir remporté un Grand Prix international de dressage en 1979 à Goodwood, en Angleterre. Elle s’est ensuite classée septième aux Championnats du monde de 1986 et a gravi les marches du podium en remportant la deuxième place à la Coupe du monde de 1988 aux Pays-Bas. La même année, Mme Neale-Ishoy a décroché une quatrième place en individuel et une médaille de bronze en équipe (avec Eva-Maria Pracht, Ashley Nicoll-Holzer et Gina Smith) aux Jeux olympiques de Séoul. Puis, en octobre 1993, à peine trois mois après avoir donné naissance à son deuxième enfant, elle fait un grand retour en compétition en remportant deux médailles d’or au prestigieux Dressage at Devon, en Pennsylvanie.

Au cours de sa carrière dans la compétition, la cavalière a concouru avec plusieurs chevaux remarquables, mais aucun n’était aussi spécial que celui avec lequel elle a remporté la plupart de ses médailles en 1988. Dynasty (Darling x Marmor), son bien-aimé hongre hanovrien bai foncé, avait été acquis en 1981 par Charles et Janet Burns, ses partisans et commanditaires de longue date. Malheureusement, Dynasty est décédé en 1989, à l’âge de 11 ans, des suites d’une chirurgie de colique. Une perte dévastatrice survenue à l’apogée de la carrière du cheval. Mme Neale-Ishoy a ensuite déniché deux autres prodigieux chevaux. Elle a ainsi monté Dakar, sa monture aux Jeux de Barcelone 1992, de même que Proton, son partenaire à Athènes en 2004.

L’implication de Cindy auprès des chevaux s’est poursuivie bien après sa retraite de la compétition. À ce jour, elle continue d’ailleurs d’agir à titre d’entraîneure en plus d’offrir des séminaires. En 2010, elle a remporté le prix Propriétaire de l’année au Canada pour ses réalisations dans l’exploitation de Ishoy Enterprises qu’elle opérait de pair avec son défunt mari Neil. Elle a également été nommée au Temple de la renommée des sports de Hamilton en 2017.

Ainsi, pour célébrer son anniversaire, sa fille Kahla Ishoy, de Hamilton (Ontario), qui est aussi une cavalière, a écrit une lettre ouverte à sa mère :  

I Am EC – Happy 70th Birthday to Cynthia Neale-Ishoy

Chère maman,

Joyeux anniversaire! Soixante-dix ans, c’est une étape si importante, mais ça semble si peu en comparaison à tout ce que tu as accompli. Aucun autre cavalier ou cavalière du Canada n’a pu égaler ta carrière. Je ne sais vraiment pas comment tu as pu réaliser tout ça, ni même comment tu continues à faire tout ce que tu fais chaque jour.

Tu as toujours été mon modèle, mais maintenant, tu m’inspires plus que jamais. Jusqu’à ce que je devienne maman (et toi la meilleure mamie), je ne mesurais pas tous les efforts et les sacrifices que tu as dû faire pour réussir à la fois en tant qu’athlète olympique, entraîneure, mentor et parent. La conciliation des rôles de cavalière, d’entraîneure et de parent est tellement plus difficile que je ne le pensais. Et j’essaie seulement de le faire ici, chez nous, en participant à des concours nationaux.

Toi qui as parcouru le monde, participé à des CDI et représenté le Canada sur la scène mondiale, comment as-tu fait pour que tout semble si facile?

Tes réalisations me motivent chaque jour, tout comme les sages conseils que tu m’as donnés : « Tu ne peux accomplir que ce que tu es en mesure de faire. Prends les choses une à la fois, excelle, puis passe à la suivante. » Ces mots s’appliquent à la vie autant qu’à la carrière de concours.

Je me souviens qu’un jour où je me sentais découragée et stressée, tu m’as dit : « Kahla, n’oublie pas que tout finit par s’arranger. » Chaque fois que les choses se corsent, ou que je me sens découragée ou frustrée, ou encore que j’en viens à ne plus savoir comment jongler avec tout ce qui arrive, je repense toujours à cette phrase.

Je sais que ce n’est pas le cheminement de carrière que tu aurais choisi pour moi. Tu sais à quel point ce domaine est difficile : les heures à investir, les journées qui finissent trop tard ou qui commencent trop tôt, la politique, la façon dont l’argent est roi, et tous les sacrifices à faire pour exceller. Mais tu es la raison pour laquelle j’ai choisi cette carrière. Ma passion pour les chevaux et pour l’entraînement de même que mon désir d’aider les autres et de devenir la meilleure cavalière possible; tout ça me vient en grande partie de toi. Et j’aspire à être le genre de cavalière, d’entraîneure et de personne que tu m’as enseigné à être.

Ta façon de t’investir pleinement avec tes élèves et de toujours accorder la priorité aux autres est inspirante et rare. Où peut-on voir quelqu’un qui a accompli de si grandes choses et qui travaille encore si fort en enseignant aux cavalières et cavaliers débutants tout comme à celles et ceux d’élite, tout en faisant si généreusement don de son temps? Tu as dû être tentée de te rendre en Europe et d’accepter les offres d’emploi prestigieuses. Mais tu as choisi de rester ici, pour ta famille, et d’utiliser tes talents pour faire croître le sport ici, au Canada.

Je m’efforce de t’honorer en m’entraînant de mon mieux, en étant une bonne fille et une bonne mère, et en prenant exemple sur ta détermination, ta volonté et ton éthique de travail. Mais surtout, je veux que tu saches à quel point je suis fière de toi. Pas seulement à l’occasion de ton 70e anniversaire, mais tous les jours.

Mon souhait pour ton anniversaire est que tu puisses comprendre à quel point la communauté canadienne du dressage t’apprécie et te chérit. À quel point ta famille compte sur ta force. À quel point ta petite-fille t’adore. À quel point tes élèves estiment ta sagesse et valorisent ton dévouement. Je souhaite que chaque personne qui croise ton chemin constate à quel point tu es unique. Que tu sois reconnue pour ton incroyable héritage, à la fois comme concurrente et comme personne.

Avec tout mon amour et mon admiration,

Kahla

Pour ces 70 années incroyables et pour toutes celles à venir, un joyeux anniversaire de la part de Canada Équestre!

This site is registered on wpml.org as a development site. Switch to a production site key to remove this banner.