La bourse a été créée pour soutenir les jeunes athlètes qui participent à des épreuves de chasse, de saut d’obstacles et d’équitation et qui souhaitent poursuivre leurs études tout en participant à des compétitions équestres de haut niveau. Les cavalières et les cavaliers sont sélectionnés par le comité des bourses pour jeunes athlètes de CE selon leur rendement scolaire, leurs résultats et objectifs dans le domaine équestre, leur engagement et leur dévouement au sport de saut d’obstacles, et leurs besoins financiers avérés.

Les personnes suivantes ont reçu chacune 2 000 $ dans le cadre de la bourse pour jeunes athlètes en saut d’obstacles en reconnaissance de leur travail acharné et de leur dévouement :

Rayne Dubois, 21 ans, d’Ottawa (Ontario), a commencé à faire de l’équitation à l’âge de 12 ans, lorsqu’Elizabeth White, une amie de la famille, lui a donné la chance de participer à un camp d’équitation d’une semaine avec hébergement. L’amour qu’elle y a trouvé pour les chevaux l’a amenée à prendre des leçons. Elle a fait de la danse de compétition pendant huit ans, puis a décidé de se consacrer entièrement au saut d’obstacles. Elle s’entraîne désormais avec Amy et Ian Millar et a participé à son premier Grand Prix en 2021. En plus du saut d’obstacles, la cavalière a récemment commencé à enseigner aux Parcs Wesley Clover en tant qu’instructrice débutante. L’étudiante en troisième année de psychologie à l’université de Carleton s’intéresse vivement à la manière dont les facteurs psychologiques affectent les performances de l’élite sportive. Elle monte Dublin, un Warmblood néerlandais de 13 ans appartenant à Millar Brooke Farm, qui est féroce, compétitif et qui prend soin d’elle en selle. Le duo est ravi de pouvoir faire de la compétition pendant la saison 2022. 

Supporting the Future of Jumping with Youth Bursaries

Rayne Dubois et Dublin, le cheval de Millar Brooke Farm, franchissent un obstacle aux Angelstone Tournaments.
Source : Ringside Media

Jade Lalonde, 21 ans, de Candiac (Québec), s’est intéressée très tôt aux chevaux. Elle voulait toujours être près d’eux, les caresser et les brosser. Elle ne manquait jamais une occasion de monter à cheval. À l’âge de quatre ans, son souhait s’est réalisé lorsqu’elle a commencé à prendre des leçons. En grandissant, elle a essayé le patinage artistique dans le but de suivre les traces de ses parents, qui sont d’anciens champions canadiens de ce sport. Elle a toutefois constaté que le fait d’être sur la glace n’était tout simplement pas la même chose que l’équitation. Elle est actuellement en première année de médecine, axée sur la radiologie, à l’Université de Montréal. Lorsqu’elle n’est pas en train d’apprendre la physiologie, elle monte son gentil et affectueux cheval Kapital Creation Z, avec lequel elle travaille depuis plus d’un an. Elle a été mise en contact avec lui par Anne-Claire Breton. Le duo a l’intention d’être plus compétitif au niveau Grand Prix cette année. 

Supporting the Future of Jumping with Youth Bursaries

Jade Lalonde et son cheval Kapital Creation Z durant La classique de Bécancour, à Trois-Rivières (Québec).
Source : www.equishot.com

Tatyana Soldera, 18 ans, de Montréal (Québec), a tenté de nombreux sports dans sa vie, notamment le ski, le ballet, le patinage artistique et le soccer, mais elle a décidé il y a quelque temps que son amour pour les animaux était le plus important pour elle et s’est lancée dans l’équitation. En 2017, elle a commencé à participer à des concours provinciaux avec son entraîneure, Josée Turcotte, en fréquentant l’écurie cinq fois par semaine et en prenant trois leçons hebdomadaires. En 2021, elle a remporté l’EEC lors de la première semaine à Ottawa avec Arezzo Z et s’est qualifiée pour les finales de la Médaille EEC du Royal West. Elle fait partie d’Alliance Sport-Étude au Québec, ce qui lui permet de se concentrer à la fois sur l’équitation et sur ses études. Elle envisage de s’inscrire à l’Université McGill pour étudier l’architecture et obtenir ensuite un MBA. Avec son entraîneure à ses côtés, la cavalière et sa nouvelle jument Chanel ont pour objectif de commencer leur saison en participant au Winter Equestrian Festival. Le duo espère remporter les finales nationales de la médaille EEC et participer aux Championnats Jeunesse et U25 en 2022.   

Supporting the Future of Jumping with Youth Bursaries

Tatyana Soldera et son cheval Arezzo Z aux Parcs Wesley Clover, à Ottawa.
Source : Ben Radvanyi Photography 

Ellah Dubeau-Kielty, 18 ans, de Burlington (Ontario), a acquis une passion pour les chevaux à un très jeune âge. Ses parents l’ont inscrite à des leçons d’équitation à l’âge de quatre ans et elle a commencé à faire de la compétition à l’âge de huit ans dans la division petit poney. Bien qu’elle ait également pratiqué la danse, la gymnastique et le soccer, l’équitation a toujours été sa plus grande passion. Son objectif d’études est de fréquenter une école postsecondaire dans le domaine de la psychologie. Lorsqu’elle n’étudie pas, elle est une étudiante qui travaille pour Mark Hayes et qui aide à encadrer de jeunes cavaliers de la division poney. Elle a également eu la chance de développer des partenariats spéciaux et de faire des compétitions sur de nombreux chevaux privés dans des épreuves de chasse, de saut d’obstacles, d’équitation et de derby.

Supporting the Future of Jumping with Youth Bursaries

Ellah Dubeau-Kielty monte London Sonne, le cheval de Clermark Inc., aux Ontario Jumper Championships à Caledon (Ontario).
Source : Spowartholm Photography

Emma Woo, 18 ans, de Surrey (C.-B.), a monté un poney pour la première fois à l’âge de cinq ans, lors d’une foire agricole. Plus tard cet été-là, elle et sa famille ont visité un centre de villégiature à Whistler (C.-B.), où elle a fait une courte randonnée. Elle a immédiatement eu la piqûre. À l’âge de sept ans, elle a commencé à prendre des leçons d’équitation et à participer à des concours locaux sur un poney loué. À neuf ans, elle a remporté son premier ruban rouge au Thunderbird Showpark, ce qui lui a procuré les frissons de la victoire et l’a motivée à continuer la compétition. Elle a travaillé dans un supermarché local pendant plus de deux ans et passe maintenant de longues heures aux écuries Jump Start Stables à faire des tâches dans la grange, à nourrir les chevaux et à les faire entrer et sortir. La cavalière monte Adriana 56 (Addy), une jument Holsteiner de 13 ans pour l’équitation et saute avec Hello Harry Z (Harry), un hongre Zangersheide de 10 ans. Elle souhaite poursuivre ses études équestres et universitaires tout en étudiant la psychologie à l’Université de la Colombie-Britannique, afin de réaliser son rêve de devenir psychologue sportive.  

Supporting the Future of Jumping with Youth Bursaries

Emma Woo et son cheval Hello Harry Z franchissent un obstacle au Western Family Classic du Thunderbird Showpark.
Source : Kim Gaudry Photography

À propos de la bourse pour jeunes athlètes en saut d’obstacles

Chaque année, le comité des bourses pour jeunes athlètes sélectionne les lauréates et lauréats du Programme de bourses pour jeunes athlètes en saut d’obstacles en fonction de la force des candidatures reçues. Les éléments pris en compte dans le processus de candidature comprennent le relevé de notes et l’aperçu du programme scolaire, les projets éducatifs, l’expérience équestre, le niveau d’engagement et de dévouement envers le sport, l’image positive au sein du sport, l’obtention de résultats notables lors de compétitions (tant au niveau local, régional et national), les objectifs au sein de l’industrie équestre et les besoins financiers.

Pour en savoir plus sur le Programme de bourses pour jeunes athlètes en saut d’obstacles, veuillez consulter le site www.equestrian.ca/sport-fr/saut-obstacles/developpement-athletes.

– 30 –

This site is registered on wpml.org as a development site. Switch to a production site key to remove this banner.