Tout l’humour, la passion et la joie de vivre du travail de Wilde s’incarnent dans la carrière en concours complet de Brandon McMechan. Au fil des ans, la vie a transporté l’athlète originaire de Toronto, en Ontario, dans le monde du concours complet et en dehors, mais Brandon a persévéré pour devenir l’un des meilleurs cavaliers du Canada à bord du bien nommé Oscar’s Wild (« Oscar »), un pur-sang de 10 ans dont il est le propriétaire avec son père Glenn McMechan.

Brandon McMechan’s Eventing Love Story, as Told by Oscar Wilde

Brandon McMechan de Toronto, en Ontario, et Oscar’s Wild
Photo : Shannon Brinkman Photography

Même si Wilde croyait que la citation n’était qu’un « substitut utile à l’esprit », nous avons pensé que nous pourrions rendre hommage au célèbre homme de mots en racontant l’histoire de Brandon avec les paroles de celui qui porte le nom de son cheval bien aimé.

« Réalisez votre jeunesse pendant que vous l’avez… Soyez toujours à la recherche de nouvelles sensations. N’ayez peur de rien. » – The Picture of Dorian Gray
En grandissant, la mère de Brandon, Barbara, a institué des leçons d’équitation pour s’assurer que lui et ses frères et sœurs seraient en sécurité autour des chevaux de la ferme familiale. Cependant, elle n’était peut-être pas tout à fait prête à voir à quel point Brandon s’intéresserait à ce sport. Il a commencé dans le manège de dressage, mais le désir de s’envoler l’a conduit à l’entraîneur le plus proche qui lui a appris à sauter : Norbert Schattmann était entraîneur de concours complet, pas de saut d’obstacles, mais c’était assez proche pour Brandon.

Norbert a pris en charge son nouvel élève à la condition que Brandon voyage avec Norbert aux compétitions de concours complet s’il voulait participer à des compétitions.

« Alors, j’ai dit que je ferais aussi bien de commencer le concours complet et de transposer les acquis en saut d’obstacles », a expliqué Brandon à propos de son processus de pensée à l’époque. Cependant, les choses ne se sont pas exactement passées comme prévu : « Je n’ai fait qu’une seule épreuve et j’ai été éliminé en dressage, mais j’étais toujours accro. Ils m’ont quand même laissé faire du cross-country et je me suis dit : ‘C’était tellement amusant ! Je dois continuer à le faire.’ »

Après avoir perfectionné ses compétences avec Norbert, Brandon s’est rendu en Europe, où il a suivi des cours et donné un coup de main bénévolement à des compétitions. Quand il est revenu au Canada et s’est inscrit à l’Université Queen’s à Kingston, en Ontario, ses perspectives de concours complet étaient sombres au départ et il a dû vendre son cheval pour payer ses études. Par contre, Brandon a fini par se lier d’amitié avec Burle et Kay Summers de Corbyville, en Ontario, qui l’ont soutenu avec des chevaux pendant que Brandon travaillait à l’obtention d’un baccalauréat en sciences de la vie.

« La seule façon de se débarrasser d’une tentation est d’y céder. » – The Picture of Dorian Gray
Après avoir obtenu son diplôme du Queens, Brandon a poursuivi ses études au Canadian Memorial Chiropractic College de Toronto, en Ontario, tout en essayant de maintenir le rythme en équitation. Son horaire scolaire était épuisant, alors Brandon s’est encore une fois retrouvé à l’écart du sport.

Même s’il avait raccroché les crampons, il n’était pas si facile de se détacher nettement du concours complet. Brandon a trouvé le temps d’aller à l’événement de trois jours du Kentucky à Lexington, au Kentucky, pour encourager son ami et entraîneur actuel, Kendal Lehari d’Uxbridge, en Ontario, qui est entraîneur et spécialiste des compétitions en concours complet certifié CE. Attiré une fois de plus par le charme du concours complet, c’était tout simplement trop fort pour résister.

« Je ne peux pas ne pas monter à cheval, cela semble tellement contre nature », raconte Brandon, qui a décidé de chercher un cheval avec l’aide de ses amis à leur retour dans le Nord. « Nous sommes rentrés au Canada [après l’événement de trois jours du Kentucky] et ils nous ont dit de venir voir ce cheval. Donc mon partenaire de l’époque, Steve y est allé dans mon dos et m’a avancé l’argent pour que j’achète Oscar. Le but était juste de s’amuser et de voir ce qui se passe, et il a été génial. »

« La technique, c’est vraiment la personnalité. C’est la raison pour laquelle l’artiste ne peut pas l’enseigner, l’élève ne peut pas l’apprendre et le critique d’art peut le comprendre. » – The Critic As Artist
En 11 participations à des compétitions de la FEI depuis 2015, le grand et courageux cheval baie n’a commis qu’une seule faute d’obstacle à travers le pays. En se basant sur les impressionnantes performances du duo, Brandon et Oscar ont été invités au Horseware Ireland Indoor Eventing Challenge, le tournoi favori des amateurs, puis trois années de suite au prestigieux Royal Horse Show de Toronto, où leur vitesse et leur intrépidité ont mérité la deuxième place en 2017 et 2018 et la troisième en 2019.

« Nous avons ce lien fou depuis le tout début et il sautera tout ce que je lui indique, pour le meilleur ou pour le pire », a commenté Brandon, qui a remporté le top 10 CCI 4*-S avec Oscar aux Chattahoochee Hills and Red Hills International Horse Trials en 2019. « Il est aussi plus audacieux et plus facile que tous les chevaux que j’ai montés. Plus le niveau est élevé, plus c’est facile. Après avoir participé à mon premier [CIC 3*, maintenant CIC 4*-S, à Bromont, au Québec] l’an dernier, ma première réaction à l’avoir fait sauter a été : ‘Tellement facile’! Je n’avais pas besoin de l’avertir ou de le préparer à quoi que ce soit, il était prudent, mais il a sauté audacieusement et avec éclat, tout en étant très respectueux et ne voulait pas prendre le relais. C’est comme ça que le cross-country est censé être, et il n’a cessé de s’améliorer depuis. Chaque fois qu’on va à un concours, il me surprend. Je l’aime tellement. »

Brandon McMechan’s Eventing Love Story, as Told by Oscar Wilde

Photo : Andrew Bailini

« L’amour change une personne – je suis changé. » – Lady Windemere’s Fan
Maintenant âgé de 37 ans, Brandon a monté de nombreux chevaux depuis ses débuts à l’âge de cinq ans, et il est probable qu’il pilotera beaucoup plus dans les années à venir. Cependant, il sait qu’une relation comme celle qu’il partage avec Oscar ne se produit qu’une seule fois dans une vie.

« Je pense que chaque cheval et chaque cavalier forment une combinaison unique et spéciale, raconte-t-il. Cependant, il y a quelque chose de spécial chez Oscar et moi. Ce n’est pas le plus fantaisiste des sauteurs ou le plus techniquement précis des sauteurs, mais il ferait n’importe quoi pour m’aider à y arriver – s’il doit avoir plus de suspension au trot, c’est genre, ‘Ok, Brandon, c’est ce que je vais essayer de faire’. Je ne pense pas qu’un cavalier puisse monter sur ce cheval et le faire, mais je suis monté et quelque chose s’est déclenché quand nous nous sommes rencontrés. On s’aime, c’est pour ça qu’on est là et qu’il m’a emmené à mon premier 4* et a parmi les 10 premiers. Il jettera son cœur par-dessus la clôture avant toute autre chose, alors je ne le remercierai jamais assez. C’est si terrible, j’ai une liste fluctuante de classement parmi les cinq meilleurs : mon partenaire oscille entre trois et cinq parce que les deux premiers sont déjà réservés pour le cheval et le chien! »

« L’essence même de la romance est l’incertitude. » – The Importance of Being Earnest
Bien qu’Oscar soit toujours le premier dans le cœur de Brandon, on ne sait peut-être pas toujours au premier coup d’œil que le sentiment est réciproque.

« Pour être honnête, on croirait probablement qu’il me déteste, dit Brandon en riant à propos d’Oscar. Je lui donne probablement trop d’amour; j’ai beaucoup d’amour à lui donner et il est probablement un peu dépassé par cela. Il pointe ses oreilles vers moi quand je passe, il est insolent au possible, mais il ne me mordrait jamais et ne me donnerait jamais de coups de pied. Dès que je m’arrête dans l’allée de la ferme, sa tête se lève. Il connaît son nom, alors quand je vais à la grange chercher la corde de guidage, je lui dis : ‘Hé Oscar!’, il commence à marcher vers la porte. »

Brandon McMechan’s Eventing Love Story, as Told by Oscar Wilde

Photo : Tristan Lehari

« Les gens aiment beaucoup donner ce dont ils ont le plus besoin eux-mêmes. C’est ce que j’appelle la profondeur de la générosité. » – The Picture of Dorian Gray
Que ce soit avec les oreilles pointées ou vers l’avant, Oscar a porté Brandon vers l’élite de leur sport. De plus, Brandon attribue à l’ensemble de la communauté canadienne du concours complet le soutien inestimable qu’elle lui a apporté en cours de route.

« Mon partenaire a été impliqué dans un tas d’autres sports et il est toujours étonné de voir à quel point tout le monde s’entraide, a mentionné Brandon. Si vous vous présentez à un événement et que votre martingale se brise, tout le monde est prêt à vous en donner un autre. Nous sommes compétitifs et nous voulons gagner, mais nous voulons nous assurer que tout le monde à son mieux pour pouvoir les battre à leur meilleur. Nous sommes tous ici pour l’amour du sport, alors c’est incroyable. Je ne pourrais jamais assez remercier tout le monde. C’est si bon de faire partie de la culture ici au Canada. »

« C’est le devoir de tout père… d’écrire des contes de fées pour ses enfants. » – The Happy Prince and Other Tales
Son père est un autre élément essentiel de la communauté canadienne du concours complet sur lequel Brandon compte. La participation de Glenn au concours complet s’est transformée, passant de la conduite de la remorque pendant les premières années de compétition de son fils à celle de concepteur de parcours de concours complet niveau 2 certifié CE.

« Mon père voulait graduellement s’impliquer de plus en plus, il voulait contribuer d’une manière qu’il savait comment faire, explique Brandon. C’était un entrepreneur, il adore construire et faire des choses avec ses mains, et il a dit : ‘Vous savez quoi, c’est ici que je peux aider, s’il a besoin de quelque chose à construire, je peux le faire.’ Comme un père typique, il veut que tout soit parfait à 100 %, alors il a entamé le processus pour devenir un concepteur de parcours. Il sait qu’il ne peut pas m’aider de la même façon que ma mère ou mon mari pourrait le faire, alors c’est sa contribution. Il aime ce sport et veut s’assurer de sa survie et de son succès, alors il fait tout son possible. »

« Le but de la vie est le développement personnel. Réaliser parfaitement sa nature – c’est pour cela que chacun d’entre nous est là. » – The Picture of Dorian Gray
Après un long voyage, Brandon s’est finalement installé dans une carrière de cavalier de concours complet couronnée de succès, entouré d’amis, de sa famille et d’autres cavaliers, assis sur la selle de son cheval unique dans sa vie. Près d’une décennie après avoir obtenu son diplôme de chiropraticien, il a trouvé l’équilibre entre sa vie professionnelle et sa vie de cavalier. Le succès dont jouissent Brandon et Oscar n’est donc pas surprenant, car, comme Wilde l’a dit un jour : ‘Le succès est une science ; si vous avez les conditions, vous obtenez les résultats’.

Brandon McMechan’s Eventing Love Story, as Told by Oscar Wilde

Photo : Shannon Brinkman Photography

This site is registered on wpml.org as a development site. Switch to a production site key to remove this banner.